Header image

 

 

 

Présentation

Règlement

Société royale

Entités

A.G.

Journée amitié

Adhésion

Liste membres

Histoire TTr

Maj Housiau

St Gabriel

70 ans Tr Fr

Ass étrangères

Divers

Contact

 

 

 

VISITE DE LA CENTRALE NUCLAIRE DE TIHANGE

 

Alors que partout nous sommes invités à discuter du nucléaire à l’heure où les réductions de CO2 sont partout recherchées, la visite d’une centrale nucléaire tombait juste à point. Dès 9 heure d’un matin brumeux, nous étions 34 à être présents pour la visite de la centrale nucléaire de Tihange.

Le site de Tihange a pour activité la production d’électricité à partir de chaudières nucléaires à eau pressurisée. Ces installations ont été mises en service à partir de 1975 sur la rive droite de la Meuse, à côté de la ville de Huy et à 25 km au sud-ouest de Liège. Elles occupent une superficie de 70 hectares, au cœur d’un site naturel entouré de collines.

La centrale de Tihange est composée de trois unités de production : Tihange 1 (962 MW), Tihange 2 (1.008 MW), et Tihange 3 (1.015 MW), pour une puissance électrique nette de 2.985 MW. La production annuelle d’électricité est d’environ 23 milliards de KWh, soit près de 30 % de la production électrique belge et près de la totalité de l’énergie électrique consommée en Région wallonne. Le volume annuel de déchets radioactifs est d’environ 4 m3.

 

La centrale nucléaire de Tihange a été pionnière dans la protection des faucons pèlerins, une espèce pratiquement en voie de disparition dans nos contrées il y a une vingtaine d'années. Un nichoir est installé depuis 1996 sur la tour de refroidissement de Tihange 2 où une vingtaine de naissances ont été enregistrées à ce jour.

 

Le principe de fonctionnement d'une centrale nucléaire consiste à transformer la chaleur produite à partir du processus de fission en électricité. La chaleur du cœur du réacteur est cédée à l'eau qui circule, dans un circuit fermé, le long des barres de matière fissile. Ce premier circuit s'appelle circuit primaire. L'eau qu'il contient atteint en moyenne 300 °C.  Dans un réacteur à eau pressurisée, l'eau ne peut parvenir à ébullition car elle est sous pression : celle-ci est assurée par le pressuriseur. L'eau chaude du circuit primaire cède à son tour la chaleur à un deuxième circuit fermé, le circuit secondaire. Tous deux sont hermétiquement séparés l'un de l'autre. L'échange de chaleur s'effectue dans un générateur de vapeur, un grand échangeur de chaleur cylindrique composé de milliers de tubes. La chaleur transforme l'eau du circuit secondaire en vapeur.

La vapeur produite dans le circuit secondaire se détend au travers de plusieurs corps de turbine en la faisant tourner. Un alternateur, couplé à la turbine, convertit finalement l'énergie cinétique en électricité, laquelle alimente le réseau haute tension.
La vapeur utilisée par les turbines est refroidie dans un condenseur où elle se transforme une nouvelle fois en eau suite au contact de milliers de tubes dans lesquels circule l'eau de refroidissement d'un troisième circuit, isolé à son tour du deuxième circuit. Elle peut ensuite revenir dans le générateur de vapeur afin d'y être une nouvelle fois chauffée à l'état de vapeur.
À l'instar des grandes centrales thermiques classiques, les centrales nucléaires utilisent une tour de refroidissement pour faire baisser, grâce à la circulation naturelle de l'air, la température de l'eau de refroidissement utilisée. Ainsi, dans les centrales nucléaires, l'eau du troisième circuit est réutilisée pour refroidir la vapeur dans le condenseur. Seul 1,5 % de cette eau s'évapore: c'est le « panache » qui s'échappe de la tour.

 

Aucune photo n’a pu être prise durant cette visite, les appareils photos étant interdits ; ce qui est regrettable, car nous étions beaux avec nos casques, lunettes et chaussures spéciales. Après la visite, nous nous sommes rendus à Lives-sur-Meuse dans la prestigieuse Maison de Bouche « La Bergerie » où un excellent repas nous attendait dans l’orangerie. Les photos ci-dessous témoignent de la bonne ambiance durant ce repas et de la réussite de cette Journée de l’Amitié 2009 qui a été mise sur pied par notre ami Jean Delmotte.

 

- 1 -
- 2 -
- 3 -
- 4 -
- 5 -
- 6 -
- 7 -
- 8 -
- 9 -
- 10 -
- 11 -
- 12 -
- 13 -
- 14 -
- 15 -
- 16 -
- 17 -
- 18 -

 

 

FRATERNELLE ROYALE NATIONALE DES TROUPES DE TRANSMISSIONS & CIS